Nouveau rapport

Rapport triennal 2019-2021 de l’ILC: Terre, humanité et planète

ASIA

1 Mohsin.jpg

Mohsin Khan, 28, India

Directeur des activités pour la jeunesse, Ekta Foundation Trust

En tant que jeune leader, je rêve d'une société non violente. Une société où les jeunes ont accès à la liberté, à la justice et aux droits fonciers pour mener une vie paisible. De combler le fossé entre l'Inde urbaine et rurale par la participation et le leadership des jeunes. Une communauté qui croit en la coexistence et qui ne nuit pas à l'environnement pour sa cupidité. Comme passe-temps, j'aime voyager, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir la nourriture, regarder des films et écouter de la musique.

Ce programme m'aidera à entrer en contact avec un réseau mondial de jeunes militants pour les droits fonciers, afin que je puisse comprendre les droits fonciers à travers leur perspective, leur expérience et leur communauté. Il m'aidera également à m'explorer et à travailler sur moi-même pour devenir meilleur.

2 Josua.jpeg

Josua Situmorang, 28, Indonesia

Politique et défense des intérêts et développement de réseaux, Consortium for Agrarian Reform / Konsorsium Pembaruan Agraria (KPA)

Je rêve d'un changement de la propriété foncière et de l'égalité des droits fonciers pour le peuple indonésien, en particulier pour les paysans ou les petits exploitants agricoles, les peuples indigènes, les pêcheurs et les autres groupes de personnes vulnérables. Comme passe-temps, j'aime regarder des films, voyager et jouer au football.

Le programme m'aidera à devenir un futur leader dans l'organisation et à identifier mes forces, mes faiblesses et mes valeurs les plus importantes. En tant que membre d'un réseau mondial, j'espère également pouvoir partager et apprendre des histoires de réussite et des stratégies efficaces d'autres jeunes leaders. Enfin, la bourse offre une occasion de créer et de maintenir des réseaux de jeunes.

3 Antariksh.jpg

Antariksh Venkataramanan, 21, India

Swadhina, Coordinateur de la jeunesse

Mon rêve est de créer et de soutenir une plateforme mondiale de partage d'idées et de promotion de la défense des droits fonciers et de l'activisme avec divers jeunes leaders du monde entier. Je suis microbiologiste de formation et je fais actuellement mes études de maîtrise. Comme passe-temps, j'aime la photographie, les voyages et la nourriture.

Grâce à ce programme, j'espère entrer en contact avec mes collègues militants de différents pays et découvrir leurs luttes pour obtenir et défendre les droits fonciers. Cela peut m'aider à comprendre les différentes perspectives relatives à la garantie des droits de divers groupes indigènes et de femmes.

4 Krishna.jpg

Krishna Khisa, 25, Bangladesh

Animatrice communautaire, Kapaeeng Foundation

Garantir les droits fonciers coutumiers des peuples indigènes au Bangladesh est l'un de mes souhaits en tant que jeune leader travaillant pour les droits fonciers. J'espère également que notre gouvernement résoudra les conflits fonciers dans les Chittagong Hill Tracts (CHT), qui ont été illégalement occupés par l'État et des acteurs non étatiques. Outre la Fondation Kapaeeng, je suis engagée auprès du Bangladesh Indigenous Women Network (BIWN). Cette organisation travaille et

défend les droits des femmes autochtones au Bangladesh. Mon engagement me donne l'occasion d'en apprendre davantage sur les vulnérabilités des femmes autochtones.

Grâce à cette bourse, j'espère connaître les différents mécanismes liés aux droits fonciers des peuples autochtones, ce qui m'aidera à défendre leurs droits. De plus, j'apprends différentes stratégies grâce au partage d'expériences entre les boursiers, ce qui enrichit mes connaissances pour traiter différents types de problèmes fonciers.

DSCF3668.JPG

Siti Marfu'ah, 24, Indonesia

Équipe de communication, The Indonesian Institute for Environment / Rimbawan Muda Indonesia (RMI)

Je rêve d'un système alimentaire plus juste et équitable, des communautés agricoles aux consommateurs. Je crois que cela est possible grâce à la coopération entre les jeunes ruraux et urbains, tant dans les villages que dans les villes. Renforcer la solidarité entre les jeunes ruraux et urbains permettrait de transformer la chaîne de distribution afin que les prix obtenus par les agriculteurs soient plus justes, en plus de faciliter l'accès des agriculteurs aux marchés. Je m'intéresse aux questions relatives à la jeunesse et au développement et à la création de liens entre ces questions pour que les gens voient des problèmes plus importants au-delà d'eux-mêmes et maximisent l'impact.

Je pense que ce programme augmentera les capacités dont j'ai besoin, en ce qui concerne la connaissance de la gestion et de l'organisation de réseaux durables, les compétences en matière de négociation, l'influence sur les autres, les campagnes sur les questions et la commercialisation des produits.

6 Rudolf.jpeg

Rudolf Tiad, 31, Philippines

Coordinateur de secteur pour Panay, Center for Agrarian Reform and Rural Development (CARRD)

Mon rêve est de pouvoir influencer mes camarades jeunes à participer à la défense de la réforme agraire ainsi qu'à la direction des coopératives d'agriculteurs en les formant aux politiques et procédures de base de la réforme agraire et à la direction des coopératives. Je suis motivé par mes expériences de jeunesse dans une famille d'agriculteurs. Comme passe-temps, j'aime la randonnée et l'alpinisme.

Je considère le programme de bourses comme une occasion d'améliorer mes compétences et mes capacités en tant qu'agent de développement, c'est-à-dire d'approfondir ma compréhension des problèmes des jeunes ruraux. Cela aidera mon organisation à développer des interventions plus efficaces et plus appropriées auprès des jeunes ruraux de mon pays.

AFRICA

8 Samuel-1.JPG

Samuel Kagheni, 34, Congo

Gestionnaire de programme et de projet, Aide et Action pour la Paix (AAP)

Je rêve d'une société de justice et d'équité où les jeunes ont un accès sécurisé à la terre et bénéficient de droits fonciers durables. Cela passe par : le soutien aux démarches légalement fondées des jeunes pour accéder à la terre et la protection du patrimoine foncier des jeunes sur la base des législations existantes et des évolutions technologiques à leur portée. Cela passe également par la participation des jeunes à la production de lois et de politiques foncières qui leur soient favorables.

Ce programme est une opportunité pour moi de renforcer mes capacités en matière de leadership transformationnel afin de transformer ce rêve en une réalité pour les jeunes. En outre, il me permettra de bénéficier des expériences partagées par d'autres jeunes, ce qui alimentera davantage mon rêve. Enfin, en tant que chef de projet de mon organisation, ma capacité à concevoir des projets en faveur des jeunes sera renforcée par les connaissances acquises sur le contexte global de la jeunesse.

9 Winny.jpg

Winny Chepkemoi, 30, Kenya

Responsable des droits fonciers des femmes, Kenya Land Alliance (KLA)

Au Kenya, le secteur foncier est largement dominé par les hommes et les personnes âgées, mais mon rêve est d'inciter la prochaine génération de dirigeants à se concentrer sur leur inclusion dans le secteur et à combler le fossé générationnel. Ces actions pourront alimenter l'appel régional et mondial en faveur de l'inclusion des jeunes dans la gouvernance foncière et, en définitive, de leur autonomisation économique. Comme passe-temps, j'aime le travail communautaire et les contacts avec de nouvelles personnes. J'appartiens à différentes associations telles que la Kericho Professionals Society qui rassemble des professionnels de ma communauté dans le but de défendre l'éducation pour tous, le mentorat et la bonne gouvernance. Je représente également les jeunes professionnels au sein de son conseil d'administration.

Je considère que le programme renforce ma capacité à servir les membres et les partenaires de la KLA, ainsi que les agences rurales actives de femmes et de jeunes qui m'admirent. En outre, le programme offre la possibilité d'obtenir un soutien pour amener d'autres acteurs du changement au Kenya à intégrer l'agenda des jeunes dans leurs organisations. Les conversations actuelles méritent d'être accélérées et la bourse offre un point de départ pour moi en tant que personne et pour l'institution que je représente.

10 Sophie b.jpg

Sophie Adhiambo, 28, Kenya

Associée de programmes, Namati

Mon rêve est de pouvoir montrer que les jeunes doivent être suffisamment autonomes pour défendre les droits fonciers dans leurs espaces respectifs. Dans le cadre de mon travail, j'ai pu constater que les décisions relatives à la terre affectent directement et indirectement les jeunes. Dans cette optique, comment pouvons-nous faire en sorte que nos voix soient entendues et que nous puissions influencer les politiques, les décisions et les changements.

Ce programme m'aidera à m'engager avec d'autres jeunes à travers le monde et à obtenir leurs points de vue afin de pouvoir mieux façonner mon rêve. En outre, le programme m'aidera également à travailler en étroite collaboration avec les jeunes (comme nos assistants juridiques) pour défendre les droits fonciers en posant des questions claires et en élaborant des stratégies. J'espère également pouvoir mettre en œuvre mon plan d'action avec l'aide des jeunes, afin de leur donner les moyens de participer aux questions relatives aux droits fonciers.

11 Judeon.jpg

Judeon Yong, 31, Cameroun

Assistant de recherche, Centre pour l'Environnement et le Développement

Je rêve d'une société où les droits fonciers des communautés, plus spécifiquement les droits des personnes vulnérables (femmes, jeunes et peuples autochtones) sont reconnus et protégés dans la loi et dans la pratique, mais surtout défendus par ces catégories. Où les jeunes comprennent les défis fonciers actuels, et s'engagent à défendre et protéger leurs droits à la terre et aux ressources comme facteurs d'identité culturelle, de sécurité alimentaire et d'autonomie financière.

Le programme me donnera les outils pour devenir un leader capable de partager sa vision et son rêve de voir les jeunes et les communautés s'engager collectivement dans la défense et la protection de

leurs droits, avec des résultats positifs. De plus, le programme me permettra de partager avec les jeunes du monde entier, l'éventail des stratégies et des approches qui peuvent être mobilisées dans la reconnaissance et la protection des droits fonciers communs.

12 Abdou.jpg

Abdou-Rachidou Matcheri, 29, Togo

Chef du département Communication et responsable du programme foncier, Autopromotion rurale pour un Développement Humain Durable

Je crois en la nécessité d'œuvrer pour une bonne gouvernance foncière afin de réduire la faim et la pauvreté, car j'ai vu ses effets sur les populations de mon pays et du monde entier. Je suis également passionné par la communication audiovisuelle et l'utilisation des ordinateurs, notamment le montage vidéo et photo. C'est pourquoi je passe beaucoup de temps à m'améliorer dans ce domaine, pour devenir plus professionnelle et contribuer à ce plaidoyer en tant que communicatrice.

Grâce à ce programme, j'espère renforcer mes capacités à utiliser différentes technologies, notamment le GPS et le montage vidéo, dans le contexte d'une gouvernance foncière centrée sur les populations. J'espère utiliser la communication comme un outil de sensibilisation des populations rurales, notamment sur les politiques liées à la terre et aux propriétés.

13 Shimron.JPG

Shimron Kiptoo, 23, Kenya

Volontaire, Chepkitale Indigenous People Development Projects

À mon jeune âge, j'aspire à voir une situation où les communautés seront libérées des injustices foncières et où l'égalité sera respectée dans les questions liées à la terre. J'aime explorer de nouveaux défis et travailler avec les communautés. Ma passion est de travailler pour un monde où les communautés sont libérées de l'oppression.

Grâce aux connaissances acquises dans le cadre du programme, je serai en mesure de défendre les droits fonciers et d'améliorer mes compétences en matière de leadership, ce qui ne pourra que m'être bénéfique, car j'aspire à transmettre ces connaissances aux autres jeunes de la communauté.

14 Doreen.jpg

Doreen Tarimo, 23, Tanzania

Assistante de projet, Tanzania Natural Resources Forum (TNRF)

Mon rêve en tant que jeune leader est de répondre aux besoins criants de ma société en matière de droits fonciers, en particulier pour les jeunes, dont l'accès à la terre est limité par les coutumes et les traditions. En ce qui concerne mes intérêts et mes loisirs, j'aime la nature et j'apprécie de vivre au sein d'une communauté située dans les célèbres écosystèmes sauvages du nord de la Tanzanie, avec des levers de soleil chaleureux dans le cratère du Ngorongoro et des couchers de soleil magnifiques dans les plaines du Serengeti.

Le programme de bourses m'aidera à grandir, à apprendre, à développer et à m'adapter à de nouvelles compétences en matière de leadership qui pourront élargir mes capacités et me permettre de faire face à différents problèmes et défis pendant la mise en œuvre.

EMENA

16 Sajidah.jpg

Sajida Abdel Fattah, 24, Jordan

Volontaire, SEEDS

Je pense que les droits fonciers sont fondamentaux et stratégiques pour parvenir à un monde doté de systèmes alimentaires résilients, grâce à une réduction des émissions nettes, à une plus grande conservation de l'environnement et à l'élimination de la faim et de la pauvreté. J'espère comprendre

les principes fondamentaux de la gestion des terres axée sur les personnes et la planète et la manière dont ils contribuent aux objectifs de développement durable.

Grâce à ce programme, j'espère acquérir les connaissances, les compétences et l'expérience qui m'aideront dans ma carrière et dans la vie en général. En outre, en acquérant des compétences supplémentaires en matière de communication, de résolution de problèmes et de réalisation de mes objectifs, je pourrai également accroître ma confiance en moi.

LAC

17 Maricielo.jpg

Maricielo Quispe, 19, Guatemala

Coordinatrice de jeunesses, Comité de Desarrollo Campesino (CODECA)

Je rêve que des jeunes nombreux et diversifiés expriment des actions dans la reconnaissance et la défense intégrale des droits de la Terre Mère à vivre en harmonie avec les écosystèmes, y compris les autres êtres. Je crois en la coexistence pacifique et durable de tous sur cette planète.

Grâce à cette bourse, j'espère en savoir plus sur les différentes expressions des jeunes en matière de défense des droits fonciers, afin d'enrichir et d'apprendre davantage sur ces diverses expériences de leadership des jeunes.

18 Yamili.jpg

Yamili Chan Dzul, 34, Mexico

Animatrice et interprète maya, Ecomunnis AC

Mon rêve est de construire des processus pour le libre accès des femmes aux droits fonciers et de faire pression pour une plus grande autonomie dans le territoire indigène maya. Grâce aux connaissances locales des femmes, j'espère poursuivre le travail sur l'agroécologie et, avec elles et les filles, créer des espaces exempts de violence où nos corps et nos territoires sont respectés. Je travaille à la réalisation de ce rêve par l'intermédiaire de U Yich Lu'um (Fruit de la terre), une organisation communautaire de base de ma communauté d'origine, et du réseau de femmes mayas Péepeno'ob (Papillons). Je suis également agricultrice et j'aime observer les oiseaux. Ma famille me donne beaucoup d'espoir - mes belles-sœurs, mes nièces et mes frères - et ensemble, nous collaborons à plusieurs processus communautaires.

Avec le programme, je souhaite profiter au maximum de l'opportunité d'apprendre des expériences et des connaissances des autres et de nouveaux outils de dialogue, de plaidoyer et soutenir le développement d'un réseau de jeunes travaillant sur les droits fonciers.

19 Simon.jpg

Simón Crisóstomo Loncopán, 27, Chile

Responsable de l'enquête sur l'information territoriale dans les communautés Mapuche, Observatorio Ciudadano de Chile

Mon rêve est de faire en sorte que les nouvelles générations, au sein de nos communautés, se responsabilisent et s'impliquent dans les processus de participation collective et génèrent ainsi des projets de vie qui nous permettent d'avancer plus solidement vers l'autodétermination. Je vis avec mes grands-parents et dans notre territoire, la communauté mapuche au sud des Andes. Depuis l'âge de 19 ans, je suis un leader mapuche lorsque j'assume le rôle de porte-parole des communautés qui défendent la terre et résistent aux entreprises extractives. Comme passe-temps, j'aime faire des randonnées dans la nature et du kayak dans la rivière. J'aime lire et écrire de la poésie et de la philosophie mapuche. Pendant mon temps libre, je pratique la méditation et je pourrais dire que j'aime le maté et le thé au coucher du soleil.

Avec ce programme, j'espère échanger des expériences avec d'autres jeunes leaders du monde entier, apprendre de nouvelles méthodologies de travail et créer des réseaux de soutien, des ponts de dialogue entre les participants de la bourse, améliorant ainsi nos compétences de leadership au sein de nos communautés.

20 Leticia-1.jpeg

Leticia Yolanda Ruiz Quino, 28, Guatemala

Collaboratrice et représentante de la jeunesse organisée, Comité Campesino del Altiplano

Je rêve de faire partie du changement pour promouvoir la justice agraire pour l'accès à la terre, y compris pour les jeunes ruraux (femmes et hommes). Je crois au pouvoir de l'organisation communautaire dans notre quête de justice agraire. Les organisations communautaires sont très importantes pour défendre nos territoires et la revendication des droits de l'homme.

Je pense que le programme est important pour fournir une formation politique aux nouveaux dirigeants de nos communautés et organisations

21 Rony.jpg

Rony Ezequiel Morales Tot, 30, Guatemala

Communicateur, Unión Verapacense de Organizaciones Campesinas (UVOC)

Je rêve que les jeunes aient accès à la terre et en soient propriétaires pour y travailler et y vivre. Je suis un photojournaliste communautaire et j'aime voir mes photos refléter mes sentiments et la façon dont je vois la réalité des personnes et des communautés dans lesquelles je me trouve.

J'espère que le programme contribuera à la sensibilisation et à la visibilité de nos problèmes fonciers, notamment le manque de terres pour les jeunes dans les communautés rurales.

22 Kantuta.jpeg

Kantuta Conde, 20, aymara de l’État plurinational de Bolivie

membre de Red de Jóvenes Indígenas de América Latina y el Caribe (RJI)

Je promeus les droits des peuples autochtones, en particulier les droits des femmes et des jeunes autochtones. En tant que jeune Aymara, je souhaite contribuer positivement à la promotion du leadership des jeunes, à la reconnaissance du droit des peuples autochtones à leurs territoires, à la conservation de la biodiversité et au respect des connaissances traditionnelles, avec la participation active des femmes et des jeunes autochtones. Je fais partie de la Red de Jóvenes, une plateforme régionale de jeunes autochtones qui promeut la participation des jeunes autochtones aux processus décisionnels aux niveaux national, régional et international. J'écris des essais sur la plateforme Voix des jeunes de l'UNICEF, en anglais et en espagnol, afin de promouvoir le point de vue des jeunes autochtones sur les questions d'actualité. Je promeus également l'accès à la santé en tant que membre du Caucus des jeunes de l'Organisation panaméricaine de la santé.

Je pense que la bourse ILC pour les futurs leaders est un soutien essentiel pour les jeunes autochtones. L'accent mis sur les droits fonciers, la conservation de la biodiversité, l'égalité des sexes et le leadership des jeunes autochtones renforcera le travail de la Red de Jóvenes dans la région et ses actions intergénérationnelles, locales, nationales et régionales.

23 Agustin.JPG

Agustín Fantino, 24, Argentina

Coordinateur de la jeunesse - Région de Cuyo, Federación Agraria Argentina

Mon rêve est de voir les jeunes et les générations futures capables de produire, de s'installer et de se développer dans les zones rurales afin qu'ils puissent maintenir vivante notre culture, les efforts de nos ancêtres et être les artisans de l'alimentation du monde.

Je considère le programme comme une pièce fondamentale pour la réalisation de nos rêves, pour pouvoir rendre visibles les différentes productions de notre géographie et pour pouvoir donner du pouvoir aux jeunes leaders du territoire, pour inclure les problèmes qui affectent la jeunesse rurale dans l'agenda public et social et pour travailler en coordination et ensemble avec la jeunesse urbaine pour répondre à nos demandes.

24 Nahir.jpg

Nahir David, 27, Argentina

Leader indigène, Colectivo de Mujeres del Gran Chaco

Nous, les femmes indigènes, croyons en notre lien fort avec la Terre Mère qui nous fournit la nourriture, les matières premières pour notre artisanat, l'eau et nos territoires. Nous nous sommes organisées en tant que groupe de femmes indigènes Guarani où nous travaillons beaucoup sur notre intraculturalité, le genre, nos territoires et le soin de notre nature. Toute cette passion et cet intérêt m'ont été transmis par mon père, qui a été mon mentor et l'un des plus grands leaders autochtones d'ici. Je suis également mère d'une petite fille de 3 ans qui a été mon pilier de lutte et de militantisme.

Avec ce programme, j'espère acquérir de nouveaux outils et apprendre avec d'autres jeunes leaders du monde entier - et apprendre d'eux aussi.